Les domestiques reviennent en force

12/01/2019

Les domestiques reviennent en force

Les services à la personne, qui devaient répondre à des besoins sociaux, relèvent de plus en plus du confort, voire du luxe. Avec le soutien financier de l'Etat.

Sur le papier, c'est le bon sens même. D'un côté, plusieurs millions de chômeurs, souvent peu qualifiés, en attente d'un emploi. De l'autre, une population française à la fois vieillissante et dont les femmes sont de plus en plus actives, qui a besoin d'aide pour assister les personnes âgées isolées à leur domicile, celles vivant avec un handicap, ou pour garder les jeunes enfants. Des ménages feraient volontiers appel à ces aides du quotidien, mais pour eux, l'embauche d'un salarié représente souvent un coût (financier, mais aussi administratif) prohibitif. Et si l'Etat les aidait en prenant en charge une partie de ces frais ? Cela pourrait lui permettre de faire d'une pierre trois coups : offrir des réponses à des besoins sociaux de plus en plus pressants, réduire le chômage, tout en résorbant le travail non déclaré dans le secteur des emplois domestiques.

Les services à la personne sont massivement subventionnés par l'État

Financement d'une heure d'intervention selon le profil de l'utilisateur en 2012, en euros


les exonérations de cotisations sociales ainsi que la réduction ou l'exonération de TVA réduisent le coût facturé aux ménages. Ces derniers bénéficient aussi d'aides directes (allocations) et d'une réduction d'impôt qui diminuent encore leur reste à charge.